retour

Quels sont les déclencheurs du burnout ?

La quantité de travail peut-elle déclenché le burnout ?

Alors, ce qui va déclencher le burnout, il y a plusieurs éléments…... lire la suite

Quels sont les déclencheurs du burnout ?

La quantité de travail peut-elle déclenché le burnout ?

Alors, ce qui va déclencher le burnout, il y a plusieurs éléments… ça part d’abord d’une surcharge de travail, c’est important de l’avoir en tête. Mais ce qu’il faut avoir en tête vraiment, c’est que cette surcharge de travail est liée à l’environnement de travail, ce ne sont pas les personnes qui se mettent la pression toutes seules. On n’a pas affaire à des perfectionnistes qui veulent toujours en faire plus. On a affaire à une organisation du travail qui est toujours plus exigeante, une organisation qui demande trop aux gens et, à ce moment-là, il y a des personnes qui ont justement à coeur de bien faire leur travail, qui vont chercher finalement à combler toutes les carences de l’organisation du travail, qui cherchent à surmonter les dysfonctionnements en en faisant toujours plus.

Des profils sont-ils plus susceptibles de faire un burnout ?


Le burnout, pour qu’il se produise, c’est une rencontre entre un environnement trop exigeant et un environnement qui n’est plus à l’écoute du bien-être de ses employés, et des personnes qui ont à coeur de faire un travail de qualité, qui sont extrêmement engagées dans leur métier. Des personnes vraiment pour qui leur métier est en quelque sorte un peu une passion, ou en tout cas qui le vivent comme tel.
On pourrait dire aussi des personnes pour qui l’épanouissement personnel passe beaucoup par l’épanouissement professionnel. Donc ça arrive à des personnes qui sont parmi les meilleurs éléments de leur organisation et qui vont, comme je le disais, chercher à faire en sorte que par leur activité, par leur engagement, par leur suractivité, elles puissent finalement combler les lacunes de l’organisation du travail.

Quels secteurs connaissent des burnouts ?


Qu’est-ce que l’on peut dire aussi ? C’est que un peu partout, dans tous les secteurs, on observe à l’heure actuelle, dans toutes les organisations du travail, et ça les chercheurs l’ont montré depuis vraiment 20-30 ans, on observe une intensification du travail. Une intensification, ça passe notamment par une demande en terme de charge mentale. C’est quoi la charge mentale ? C’est tout ce qui fait qu’on pense à son travail très souvent, et qui fait qu’au-delà de la quantité de travail à proprement parler, on se sent responsable et donc on a en permanence dans la tête le travail, ce à quoi on doit aboutir. Et depuis oui je dis peut-être maintenant depuis 20-30 ans, il y a cette intensification du travail.

Quelles tâches peuvent conduire au burnout ?

Et en plus de ça, non seulement les gens on a cherché à les rendre de plus en plus responsables, ça fait partie des techniques de motivation du travail, alors bien sûr c’est agréable d’être autonome, d’être responsable, mais il y a un moment donné, le management qui cherche à véritablement utiliser ces ressources subjectives des gens pour les faire toujours travailler un petit peu plus. Et à ça se rajoutent aussi tout un tas de demandes permanentes de reportings, d’indicateurs, qui viennent se surajouter.
Donc dans à peu près tous les secteurs, que ce soit à l’hôpital, que ce soit dans la banque, que ce soit en psychiatrie, que ce soit vraiment partout enfin chez les commerciaux, avec les CRM, tout ce que l’on veut, on a rajouté cette couche de demandes d’indicateurs, de reportings, qui viennent s’ajouter au métier que l’on exerce. 
Donc on se retrouve non seulement à avoir plus de travail, à avoir plus de charge mentale et également à avoir cet excès de tâches administratives, et tout ça fait qu’au bout d’un moment ça devient impossible de tout faire. Sans compter que la demande de tâches administratives, souvent, ce n'est pas le métier que les gens ont choisi. Les gens ont choisi un métier, ils ont choisi de travailler dans la maintenance, ils ont choisi d’être infirmiers, ils ont choisi d’être commerciaux, ils ont choisi d’être animateurs en centre de loisirs, ils ont choisi tout un tas de choses, mais n’ont pas choisi d’être derrière un ordinateur à rentrer des chiffres et à faire de la saisie. Du coup, ça on leur demande, ils vont le faire, mais ils vont toujours chercher à maintenir ce qui fait le coeur de leur métier, ce pourquoi ils se sont engagés et donc à faire plus, à donner plus d’eux-mêmes pour réussir à faire un travail de qualité auprès du public, de leurs clients, des usagers, des personnes malades.