retour

Risque cardiaque

Risque cardiaque

50 000 personnes meurent chaque année en France d’un arrêt cardiaque, soit plus de 130 par jour.
La crise cardiaque, ou infarctus du myocarde survient quand une ou plusieurs artères coronaires - les artères recouvrant la surface du coeur - se bouchent, privant ainsi d’oxygène une partie du myocarde dont les cellules nécrosent. Le myocarde est le muscle qui fait fonctionner le coeur.
Une crise cardiaque peut conduire à un arrêt cardiaque, un massage cardiaque doit alors être pratiqué.

La douleur thoracique typique est constrictive et se situe au milieu du thorax, juste derrière le sternum.
Contrairement à ce qui se passe pour les hommes, il arrive souvent que la crise cardiaque ne cause pas de douleur chez les femmes, il faut donc être très attentif aux autres signes.

Il y a arrêt cardiaque lorsque le coeur cesse de battre. Les cellules du myocarde ne se contractent plus de façon coordonnée. L’arrêt cardiaque peut être consécutif à une crise cardiaque mais il peut aussi survenir soudainement sans signes avant-coureurs.
Lorsque le coeur cesse de battre, il faut agir très vite comme on peut le lire sur le site de notre partenaire Le Bon Samaritain “En cas d’arrêt cardiaque le temps est un élément décisif qui conditionne les chances de survie.
Au delà de 4 minutes, on estime que pour chaque minute écoulée, les chances de survie diminuent de 10%. Sans oxygénation, le cerveau peut être gravement endommagé et présenter par la suite de lourdes séquelles.“
Lors d’un arrêt cardiaque, le massage cardiaque remplace donc le rôle de pompe du coeur et irrigue les organes en sang, dont le cerveau, pour éviter leur nécrose.
L’utilisation d’un défibrillateur va permettre de faire repartir le coeur.